• La Banque mondiale félicite les efforts de l'Ethiopie pour contenir une inflation galopante

    Libreville — La Banque mondiale a félicité l'Ethiopie pour avoir initié des réformes pour réduire l'inflation galopante et réduire la dette publique à des niveaux raisonnables, indique un rapport pârvenu à la rédaction d'Infosplusgabon et qui souligne que les objectifs ambitieux de réduction de la pauvreté sont à portée de main.

    L'économie de l'Ethiopie a eu un taux de croissance deux fois supérieur à celui de la région Afrique ces dix dernières années, en moyenne de 10,6% du Produit intérieur brut (PIB) chaque année entre 2004 et 2011, comparé à 5,2 pour cent en Afrique sub-saharienne, selon le rapport publié vendredi.

    "L'Ethiopie a fait des progrès dans le contrôle d'une inflation en hausse persistante qui a affecté l'économie ces deux dernières années en resserrant sa politique fiscale et monétaire", a-t-il souligné.

    L'inflation annuelle est passée de 33% en 2011 à 15,8% en octobre 2012, tandis que la dette publique est sur une tendance à la baisse à 35% du PIB en 2011/12. L'Ethiopie présente un faible risque de surendettement extérieur.

    "C'est une bonne nouvelle pour les pauvres et l'ensemble de l'économie", a déclaré le directeur Pays de la Banque mondiale pour l'Ethiopie, Guang Zhe Chen.

    "L'objectif du gouvernement de réduire la pauvreté à 22,2% d'ici à 2014/2015 est ambitieux mais peut être atteint", selon ce responsable de la Banque mondiale.

    En Ethiopie, quelque 2,5 millions de personnes ont été tirées de la pauvreté ces cinq dernières années comme conséquence de cette forte croissance économique, qui a réduit le taux de pauvreté de 38,7% à 29,6% de 2004/2005 à 2010/2011.

    Les performances fiscales de l'Ethiopie semblent adéquates, étant donné la situation économique actuelle et les besoins de financement pour le développement, selon le rapport.

    La croissance des exportations a principalement été favorisé par le volume de croissance d'une variété de groupes de produits, indiquant que l'Ethiopie diversifie de plus en plus sa base d'exportation.

    Bien que l'aide à l'Etat comme les subventions sont passées de 1,6% du PIB en 2010/2011 à 1,2% du PIB en 2011/2012, les collectes de revenus ont été boostées par la réforme fiscale de 2010, tandis que les réformes du budget ont renforcé les dépenses publiques.

    "L'Ethiopie est une des rares grandes économies enclavées du monde qui exporte plus de services que de produits", a déclaré Lars Christian Moller, économiste principale et chef de secteur pour l'Ethiopie.

    La Banque attribue la croissance économique de l'Ethiopie principalement à la modernisation agricole, au développement de nouveaux secteurs d'exportation, à la forte demande mondiale de matières premières et aux investissements dans le développement par le gouvernement.

    "Il y a une perception largement répandue que l'avantage comparatif d'un pays à faible revenu comme l'Ethiopie réside dans l'exportation de produits de base et à forte intensité de main-d'oeuvre", a déclaré M. Moller.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :