• L'édition 2012 du Bazar international des conjointes et conjoints d'ambassadeurs et groupe de responsables d'institutions diplomatiques d'Addis Abéba s'est tenue, le 24 novembre au Millénium Hall, dans la capitale éthiopienne.

    Organisée en vue de mobiliser des fonds destinés à des oeuvres caritatives en Ethiopie, à travers des organisations non gouvernementales, la manifestation, conformément à l'esprit consacré, a été une occasion d'expositions-ventes pour permettre aux institutions diplomatiques et pays participants de faire connaître des facettes de leur culture. L'occasion a été belle pour le Burkina. Sa communauté d'Addis Abéba n'a pas marchandé sa participation. Fidèle à son souci d'exporter la culture et le savoir-faire burkinabè, elle a conséquemment aménagé et animé son stand qui a été un véritable pôle d'attraction pour les visiteurs, lesquels se sont procurés, qui de la bande de cotonnade, des pagnes et tenues Faso dan fani, qui des objets d'art dont notamment des statuettes et des produits de la vannerie. Ont également figuré au stand du Burkina Faso, des produits alimentaires typiquement burkinabè comme le « teedo », le sésame sucré, le miel de différentes localités du pays, etc.

    L'art culinaire a également fait son chemin et les mets préparés à l'occasion n'ont pas suffi. C'est dire qu'au Bazar 2012, le Burkina Faso, à travers son ambassade et sa communauté résidant à Addis Abéba, n'a pas fait de la figuration et les commandes reçues attestent de l'intérêt qu'ont suscité les produits burkinabè. Très optimistes, motivés et déterminés, personnel de l'ambassade et membres de la communauté, entendent désormais, avec le soutien des autorités compétentes du Burkina Faso, maintenir et renforcer la participation de notre pays aux bazars à venir, le rayonnement de notre culture passant également par ce type de manifestation.


    votre commentaire
  • A Addis-Abeba, le nouveau Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, a reçu pour la première fois le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud, récemment élu. Ils ont affiché leur solidarité, et le chef d'Etat somalien a demandé l'aide de son voisin dans la mise en place d'un Etat fédéral fort, nouveauté des institutions somaliennes. Mais le point le plus important a, évidemment, été la sécurité. Et l'Ethiopie a assuré que ses troupes ne quitteraient pas la Somalie tant que la situation ne serait pas définitivement stabilisée.

    Même si Hassan Cheikh Mohamoud a assuré que les miliciens shebabs étaient en déroute, le président somalien reste essentiellement préoccupé par la situation sécuritaire. Conscient que seule la stabilité permettra le développement d'un pays ravagé par 20 ans de guerre civile, il la place donc au premier plan. « La sécurité, dit-il, est de loin le principal des six piliers que nous avons définis pour redresser la Somalie, suivi par le système judiciaire et la gestion des finances publiques. Mais la sécurité a toujours été et reste la priorité numéro un pour la Somalie ».

    L'armée nationale est en phase de formation, et le puissant voisin éthiopien participe à son renforcement. Surtout, le Premier ministre a confirmé que ses troupes resteraient positionnées dans la région de Gedo, sachant que la situation sécuritaire l'exigerait. « Les forces de défense éthiopiennes, a-t-il déclaré, sont en Somalie dans la région de Gedo pour supporter le processus de paix. Nous attendons que les forces de l'Amisom nous remplacent, mais nous resterons surtout tant que nous n'aurons pas d'assurances suffisantes qu'il n'y aura pas de retour des milices shebabs dans la zone ».

    L'Amisom, force de l'Union africaine, et l'Ethiopie, risquent ainsi d'être encore présentes pour quelques temps en Somalie où la situation demeure fragile malgré les progrès enregistrés ces derniers mois.


    votre commentaire
  • Ethiopie: Assez d'eau dans le Nil pour partager, mais pas assez pour gaspiller

    Addis Abeba — Alors que le projet de construction d'un gigantesque barrage en Éthiopie continue de susciter des inquiétudes en Égypte, qui se situe en aval du bassin du Nil, une nouvelle étude suggère que le débit du Nil est suffisant pour alimenter les dix pays qu'il traverse et que la pauvreté pourrait nettement y reculer si les petits agriculteurs avaient un meilleur accès au fleuve.

    « Nous dirions qu'il y a physiquement assez d'eau dans le Nil pour tous les pays riverains », a dit Simon Langan, directeur du Bureau Afrique de l'Est et Bassin du Nil de l'Institut international de gestion des ressources en eau (International Water Management Institute, IWMI), lors du lancement à Addis Abeba de The Nile River Basin : Water, Agriculture, Governance and Livelihoods (Bassin du Nil : eau, agriculture, gouvernance et moyens de subsistance), publié par le Programme sur les défis en matière d'eau et d'alimentation du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI).

    « Ce que nous devons réellement faire, c'est nous assurer que cette eau est accessible [...] Le taux de pauvreté est d'environ 17 pour cent en Égypte, mais il atteint près de 50 pour cent dans cinq des pays riverains plus en amont. L'accès à l'eau est donc très important », a ajouté M. Langan.

    Selon un avis aux médias informant de la sortie du livre, le Nil a un débit « suffisant pour alimenter les barrages et irriguer les terres agricoles arides des dix pays riverains, mais les décideurs risquent de déposséder les pauvres de leur accès à l'eau s'ils n'adoptent pas des mesures de gestion de l'eau qui ne laissent personne de côté. »

    Selon Seleshi Bekele, coéditeur du livre et spécialiste des ressources en eau et du climat à la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, si de meilleurs semences et outils sont essentiels pour améliorer la productivité agricole, l'eau est encore plus importante.


    votre commentaire
  • L'Egypte invite le président éthiopien

     

    L'Egypte a officiellement invité le président éthiopien Haile Mariam Dessalegn à assister à l'intronisation du Pape d'Alexandrie et patriarche de la Prédication de Saint Marc Tawadros II, prévue dimanche au Caire.

    Le Patriarche des coptes orthodoxes à Jerusalem anba Abraham participera également aux ceremonies de l'intronisation du Pape TawadrosII. Sa sainteté a quitté vendredi Jerusalem en direction du Caire pour les ceremonies ainsi que pour prendre part à la premiere reunion du Saint-Synode tenue apres  l'intronisation du pape.

    Tawadros II est le 118e Pape de l'eglise copte orthodoxe et a été élu à la suite d'un tirage au sort le 4 novembre dernier.


    votre commentaire
  • Le 20e sommet de l'Union africaine (UA) se tiendra, du 21 au 28 janvier prochain à Addis-Abeba, sous le thème "Panafricanisme et renaissance africaine".

    Le prochain sommet de l'UA sera ouvert par la réunion, le 21 janvier, de la 25è session ordinaire du Comité des représentants permanents (COREP), précise un communiqué de l'organisation panafricaine.

    Le 19ème sommet de l'UA a été organisé, du 9 au 16 juillet dernier dans la capitale éthiopienne, sous le thème "Promouvoir le commerce intra-africain".


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique