• Voici en images la ville de Dire Dawa :

    Le voyage la deuxième semaine ...

    puis les couleurs et saveurs de Harar :

    Le voyage la deuxième semaine ...

    Le voyage la deuxième semaine ...


    votre commentaire
  • Aprés un passage par Bale Mountains ou nous avons pu voir des phacochères et des antilopes sans oublier un passage au sauna d'altitude, nous nous sommes rendus à Dire Dawa après 7h de mini bus. Nous sommes arrivés sous une forte chaleur mais profitons de l'hôtel pour se rafraîchir et se reposer. Au programme de cette semaine, visite des villes de Dire Dawa et Harar.


    votre commentaire
  • Nous sommes bien arrivés lundi matin à 1h30 du matin. Après une courte nuit et une bonne douche froide, nous nous sommes rendus au dispensaire pour donner les fauteuils roulants et le materiel médical, un moment partagé avec les résidents plein de sourires et d'émotions.

    Nos premiers pas en ethiopie

    Aujourd'hui après 500 km nous sommes à Bahir Dar pour le projet Negede Woyitos. Une journée fatigante mais très enrichissante car le projet avance bien.

    Nos premiers pas en ethiopie

    Demain nous nous rendons au source du Nil et allons naviguer sur le Lac Tana.


    votre commentaire
  • Si les liaisons internet nous le permettent, vous pourrez nous suivre sur notre page Facebook pour découvrir nos photos et commentaires.

    A très vite sur notre page (lien ci-dessous) ...

    Suivre le voyage Ethiopie 2015


    votre commentaire
  • L’Éthiopie s’apprête à construire un immense barrage sur le Nil qui portera le nom de Barrage Grande renaissance. Le pays a obtenu l’accord, ce mardi, du Soudan et de l’Egypte. Une construction complexe qui va prendre du temps.

    Un immense chantier va voir le jour sur le Nil. L’accord de principe pour la construction du Barrage Grande renaissance vient d’être signé à Khartoum entre le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie, selon RFI. Un accord qui n’était pas gagné d’avance.

    Négociations complexes

    L’accord sur la construction de ce barrage a été de longue haleine. Initialement opposée au projet, craignant que son approvisionnement en eau en souffre, l’Égypte a finalement accepté la construction de ce barrage après avoir eu des garanties que cette édification ne modifierait pas sa part des eaux du Nil. S’agissant du Soudan, le pays a toujours soutenu le projet, l’Éthiopie s’étant engagée à lui fournir l’énergie électrique à des prix préférentiels.

    Les apports de ce barrage ne sont pas moindres. Ce barrage va permettre à l’Éthiopie d’exporter de l’électricité aux deux Soudan, à Djibouti, au Kenya, ainsi qu’au Yémen. Une électricité à bas coût, avantageuse pour tous ces pays, particulièrement pour l’Éthiopie, dont l’exportation va lui rapporter 700 millions d’euros par an. Le barrage va également permettre à l’agriculture irriguée de se développer.

    Ce barrage va également permettre à l’Éthiopie et à l’Égypte de sceller leur réconciliation, après les menaces du dernier nommé avant l’accord.


    votre commentaire