• Yannick Goaziou, son épouse Ségolène et sa fille Margaux partent en Éthiopie, en avril, avec des amis et des membres de leur famille. Pas seulement pour visiter, mais surtout pour une aide humanitaire.

    « Nous apportons et nous achèterons, sur place, des fournitures scolaires pour l'école Meskerem 16, de Bahir Dar (ville située à 465 km au nord d'Addis Abeba, au bord du Lac Tana source du Nil Bleu). Nous soutenons également un projet, sur la même commune, pour la scolarisation et l'apprentissage de la nutrition des enfants de la tribu Negede Woyitos. Ce projet est soutenu et financé par l'association ARM (Les amis de reine de miséricorde), créée en 1990, et reconnue d'utilité publique », explique Yannick Goaziou.

    Le groupe aide aussi une association soutenant des personnes handicapées en leur apportant fauteuils roulants, pièces détachées et matériel médical. « Pour mener à bien ces opérations, nous faisons appel aux dons, soit par la collecte de fournitures scolaires légères, car nous n'affrétons pas de containers, soit par un don ponctuel, qui financera l'achat de matériel scolaire sur place, afin d'aider les écoles tout en faisant fonctionner l'économie locale. Tout don, même modeste, reste un don », rajoute-t-il.

    Contact. Yannick Goaziou, tél. ou http://goazioufamily.kilariblog.com

     


    votre commentaire
  • Texte transmis à PO :
     
    Aide à la scolarisation des enfants Éthiopiens
     
    Un groupe de 8 personnes composé des 3 habitants des Sorinières, se rend en Ethiopie en Avril prochain. L'un d'entre eux, Yannick Goaziou, témoigne : «Ce voyage a pour but de continuer à travailler sur des projets qui nous sont chers : Aider une association soutenant des personnes handicapés (située à proximité de la capitale) en leur apportant fauteuils roulants, pièces détachées et matériel médical. Apporter et acheter sur place des fournitures scolaires pour l'école Meskerem 16 de Bahir Dar (ville située à 465kms au nord d'Addis Abeba au bord du Lac Tana source du Nil Bleu). Et enfin soutenir un projet sur la même commune pour la scolarisation et l'apprentissage de la nutrition des enfants de la tribu Negede Woyitos (projet soutenu et financé par L'association A.R.M., reconnue d’utilité publique). Vous pouvez nous aider en collectant des fournitures scolaires légères ou en faisant un don ponctuel qui financera l'achat de matériel scolaire sur place. Tout don, même modeste reste un don.» Contact, Y Goaziou 06 89 55 63 48 http://goazioufamily.kilariblog.com/

    votre commentaire
  • Egypte-Ethiopie : Partage des eaux du Nil, Accord à Khartoum

    Après trois jours de négociations à huis clos, le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie ont atteint un accord de principe sur le partage des eaux du Nil et le Grand Barrage de la Renaissance Éthiopienne (GERD).

    Réunis à Khartoum au Soudan, les 3 pays du Bassin du Nil ont trouvé un Accord pour le partage des eaux du fleuve. Les ministres des Affaires étrangères et ceux des Affaires hydrauliques de l’Égypte du Soudan et de l’Éthiopie ont annoncé avoir trouvé un accord, après 3 jours d’intenses négociations.

    Cet accord sera soumis aux présidents des pays respectifs pour l'approbation finale. « L'accord entre les pays du Bassin du Nil oriental, atteint au cours des négociations ministérielles sur le Grand Barrage de la Renaissance Éthiopienne (GERD), représente une nouvelle page de coopération entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie », a déclaré Ali Karti, ministre soudanais des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse. Le ministre soudanais a par ailleurs exprimé l'espoir que cet Accord renforcera l’échange et la communication entre eux. Il a ajouté que : «nous devons travailler pour dépasser la distance qui s'est creusée entre nous dans le passé afin d'atteindre une utilisation maximale de cette ressource importante».

    Le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom, a exprimé pour sa part la satisfaction de son pays vis-à-vis des résultats des négociations de Khartoum, indiquant que l’Accord représente une nouvelle voie dans les relations stratégiques entre les 3 pays. Le GERD, qui s'étend sur 1800 km², devrait être achevé dans 3 ans et aura coûté environ 4,7 milliards de dollars. A ce jour, environ 30 % du projet ont été finalisés.

    Par Sanae Taleb, journaliste

    Egypte-Ethiopie : Partage des eaux du Nil, Accord à Khartoum

    Egypte-Ethiopie : Partage des eaux du Nil, Accord à Khartoum


    votre commentaire
  • Ce voyage a pour but de revoir notre ami éthiopien Léoud et sa famille, de découvrir les paysages variés et magnifiques de ce pays et aussi pour continuer à travailler sur des projets qui nous sont chers comme vous pourrez le voir sur ce site internet.
    Au programme de ce voyage de 15 jours :
    - fourniture de fauteuils roulants, pièces détachées et matériel médical (poche urine, penelex, colostomie, compresses, anti-escarres, antiseptique) pour une association située près d'Addis Abeba,
    - dons de fournitures scolaires "légères" à l'école Meskerem 16 de Bahir Dar : crayon Bic, crayon de bois, gomme, taille crayon,
    - achat des fournitures scolaires "lourdes" dans un commerce local pour les donner ensuite à l'école Meskerem 16 : cahiers et papiers voir un ordinateur portable si nous pouvons collecter suffisamment d'argent,
    - rencontre avec le père Iyasu qui œuvre pour la scolarisation et l'apprentissage de la nutrition des enfants Negede Woyitos sur Bahir Dar.
    Si Toi aussi tu veux participer à cette belle aventure, tu peux nous aider en collectant des fournitures scolaires légères ou en faisant un don ponctuel qui financera l'achat de matériel scolaire sur place.
    Tout don
    même modeste reste un don.
    Merci d'avance à tous pour votre aide.

    Osons être différent

    Voyage 3 : S - 6

    Voyage 3 : S - 6

    Addis Abeba

    Voyage 3 : S - 6

    Chutes du Nil Bleu

    Voyage 3 : S - 6

    Ecole Meskerem 16

    Voyage 3 : S - 6

    Village Negede Woyitos

    Voyage 3 : S - 6

    Classe Negede Woyitos

    Voyage 3 : S - 6

    Classe Negede Woyitos

    Voyage 3 : S - 6

    Parc National Awash

    Voyage 3 : S - 6

    Bale Mountains

    Voyage 3 : S - 6

    Harar

    Voyage 3 : S - 6

    Hyènes de Harar

    Voyage 3 : S - 6

    Dire Dawa

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh.
    Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh.© REUTERS/Tiksa Negeri

    En froid depuis plusieurs mois, l’Éthiopie et Djibouti ont tenté cette semaine de réchauffer leurs relations diplomatiques à travers la visite inédite du Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn à Djibouti. Ce premier déplacement d’un chef de gouvernement éthiopien en terre djiboutienne a duré trois jours et avait pour but précis de resserrer les liens économiques entre les deux pays.

    Les relations entre l’Éthiopie et Djibouti semblent à nouveau au beau fixe. La visite inédite du Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, achevée lundi, avait en effet pour but de réchauffer les relations bilatérales entre les deux pays, en froid notamment à cause du désaccord sur la question du port de Djibouti. Le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et le Premier ministre éthiopien ont ainsi répété à l’envi que les pays voisins "travaillent désormais main dans la main".

    Les contentieux du passé ont donc été mis de côté le temps d'une visite diplomatique hautement symbolique. La question du port de Djibouti par lequel transitent 90% des exportations éthiopiennes a ainsi été éludée, les deux dirigeants préférant mettre en avant la future construction d’un gazoduc pour exporter le gaz éthiopien vers Djibouti.

    Partenariat essentiel

    "L’Éthiopie va aussi fournir de l'électricité à Djibouti grâce à l'immense barrage en construction sur le Nil" rapporte RFI. Les deux pays se sont également engagés à terminer l'année prochaine la fameuse ligne ferroviaire qui doit relier Addis Abeba à Djibouti.

    Ce partenariat est essentiel pour les deux pays : Djibouti rêve d'être la Singapour de la corne de l'Afrique et  l’Éthiopie veut s’inspirer du modèle chinois. Enfin, sur le plan géostratégique, l’Éthiopie et Djibouti affichent deux priorités communes : éradiquer les Shebab somaliens et renforcer les sanctions contre l’Érythrée, l'ennemi atavique de l’Éthiopie.


    votre commentaire